What’s next?
L’avenir du plant-based
selon le consommateur

De plus en plus de consommateurs mangent végétal chaque semaine, voire chaque jour. L’alimentation sans viande est une tendance qui gagne en popularité depuis des années et de plus en plus de gens se définissent aujourd’hui comme flexitariens.
Alors qu’une alimentation écologiquement responsable et respectueuse des animaux avait autrefois un côté hippie qui prêtait à sourire, aujourd’hui même les plus grands amateurs de viande passent à un style de vie flexi. La société d’études de marché Mintel a récemment publié un rapport sur les attentes du consommateur par rapport aux produits plant-based. Un rapport truffé d’informations précieuses, que Greenway tenait à partager avec vous.

Step up your game

Cette étude quantitative et qualitative repose sur une série d’enquêtes réalisées dans différents pays européens (comme l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Italie, le Danemark...) afin de définir quelles sont les prochaines étapes pour les producteurs de produits à base végétale. Quelles sont les attentes du consommateur ? Comment le marché peut-il y répondre ? Quels aspects peut-on encore améliorer ? La première chose qui ressort de l’enquête, c’est que le marché plant-based recèle encore un énorme potentiel de croissance. Pour le consommateur, il importe toutefois d’être innovant.

Alors que l’offre végétarienne et végan était souvent mise de côté en supermarché, le rayon plant-based occupe aujourd’hui une place pertinente. Le nombre de flexitariens progresse constamment, le consommateur estime donc que l’offre doit aussi s’étoffer. D’après l’étude, ce n’est possible qu’en développant des produits corrects et savoureux, qui contiennent tous les nutriments nécessaires mais sans être trop transformés, car la transparence reste aussi très importante pour de nombreux consommateurs. Ils veulent savoir de quoi est fait leur burger végétal et préfèrent une courte liste d’ingrédients plutôt qu’une longue.

Consumer awareness (conscientisation du consommateur) is big. Les médias et la science démontrent qu’une alimentation végétale n’a pas seulement un effet positif sur le corps mais aussi sur l’environnement, il existe donc un courant d’écotariens, c’est-à-dire des gens qui n’ont pas forcément une alimentation végétale mais qui veulent contribuer à la protection de la planète en changeant leurs habitudes alimentaires.

Ils optent pour des produits locaux, végétaux ou non, produits de manière durable. Incroyable mais vrai : les produits hybrides (par ex. le lait 50% végétal, 50% animal) suscitent un grand intérêt chez le consommateur, qui se dit prêt à les intégrer dans son régime alimentaire. Ces produits mixtes ne sont pas encore très populaires en Belgique mais pourraient le devenir.

Comment Greenway répond aux attentes d’aujourd’hui et de demain

Afin de convaincre les vegans comme les flexis, Greenway développe en marge de ses produits plant-based innovants de la viande plant-based. Des produits qui ont une apparence et un goût similaire à la viande mais qui sont évidemment 100% à base de végétaux. Nous proposons ainsi un produit reconnaissable qui s’intègre facilement dans l’alimentation quotidienne. Il suffit par exemple de remplacer la viande hachée ordinaire par le Haché plant-based de Greenway.

Chez Greenway, chaque nouveau produit est le fruit de recherches approfondies, à la fois auprès de la restauration et du consommateur. Nous essayons toujours de faire de la cocréation. Nous demandons au consommateur (ou au client ‘food service’) ce qu’il attend et nous essayons d’y satisfaire le mieux possible. Après la conception, il y a toujours une phase de test étendue durant laquelle nous faisons goûter les produits à un public test dans nos restaurants.

Par ailleurs, Greenway mise énormément sur la durabilité et la santé. En privilégiant des ingrédients de base sains et sélectionnés avec soin et une production locale, nous œuvrons dans l’intérêt du consommateur mais aussi de Mère Nature. Par conséquent, l’ensemble de la Plant-based Family de Greenway (le Burger, la Chipolata et le Haché) est neutre en CO2.

Vous souhaitez lire l’étude complète ?

fr_BEFrench
nl_BEDutch en_GBEnglish fr_BEFrench